Radio/ Afrique : « l’Afrique finance ses radios… »

La semaine de formation des radios chrétiennes francophones tenue du 25 au 29 Novembre à Lomé au TOGO, a été une réussite, selon les initiateurs. Après LOME 1 et 2, le cap est mis sur LOME 3. L’initiateur, Emmanuel Ziehli, directeur de Radio Réveil à Bevaix (Suisse) et initiateur des rencontres, fait un bilan de la semaine et dégage les perspectives. Il était face à la Presse Internationale.

P.I : à l’issue de LOME 2, quel observation faites-vous des travaux ?

Emmanuel Ziehli : Le constat dépasse notre espérance, déjà par le nombre de radio qui était ici représenté, nous en avons 73 qui se repartissent sur 13 pays de l’Afrique francophone. Et plus de 170 participants qui ont été vraiment assidus pendant toute cette semaine. Des conférences qui ont été de très bon niveau et surtout une notion, celle de la « radio intégrale » qui était complètement nouvelle pour beaucoup d’entre elles. Qui a interpellée nombre d’entre elles et elles se réjouissent d’entrer dans une nouvelle saison, je l’espère, de la radio confessionnelle en Afrique de l’ouest.

P.I : LOME 2 s’achève, quelles en sont les résolutions ?

Emmanuel Ziehli : Nous allons en rester à la déclaration de LOME 1 que je vous invite à relire. Et les nouvelles radios qui se sont jointes à nous vont signer cette déclaration. Donc nous allons augmenter le nombre de signataires de la déclaration de LOME.

P.I : quelques lignes de cette déclaration 

Emmanuel Ziehli : Je ne l’ai pas par cœur mais c’était avant tout le travailler ensemble, l’absence de concurrence entre radios confessionnelles, c’est peut-être le serveur audiobox, un serveur d’émissions radiophoniques c’est-à-dire l’échange de contenue entre radio et entre pays, ce qui permet en fait d’être unis, plus forts et plus pertinents en étant ensemble.

P.I : quel est le message à passer ?

Emmanuel Ziehli : A l’hôtel Mémorial de LOME, 41 décideurs de radios, promoteurs se sont mis ensemble pour créer le réseau des Médias Africains de l’ouest. Nous n’avons pas encore le nom de ce réseau mais le réseau est constitué, les personnes responsabilisées ont été choisies. Elles sont toutes issues de l’Afrique de l’ouest. Vous aurez le communiqué de presse qui suivra et qui vous donnera exactement le détail de ce qui a été décidé. C’est  un résultat probant. C’était le défi que nous nous étions lancé avant de venir à LOME et nous l’avons atteint.

P.I : Quelles sont vos perspectives ?

Emmanuel Ziehli : La perspective je pense que se sera LOME 3 avec d’autres défis peut-être celui d’entrer plus précisément dans le financement des radios confessionnelles. Nous avons compris que la proposition de la radio intégrale allait à l’encontre d’un modèle financier de la radio confessionnelle. Elle accueille un prêcheur qui paie son heure de passage. Si elle décide d’en changer pour embrasser la vision de la radio intégrale, finalement son modèle financier s’écroule. Donc il faut un nouveau modèle financier pour les radios et peut-être que c’est dans ce sens que nous irons c’est-à-dire de faire des propositions de financement. Non pas de l’argent qui vient du Nord, on y pense même pas mais c’est l’Afrique finance ses radios.

Transcription : Olivia ADIKO BEUGRE