Les Méthodistes Unis tchèques offrent un hébergement aux réfugiés ukrainiens

Le camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť aurait normalement dû accueillir des enfants cet été, mais au lieu de cela, il sert de « deuxième foyer » pour les mères ukrainiennes et leurs enfants.

Depuis début mars, ce camp a accueilli environ 19 pensionnaires qui ont fui leurs maisons après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février. Il s’agit de l’une des cinq propriétés de l’Église Méthodiste Unie en République tchèque servant d’abri aux réfugiés ukrainiens.

La Révérende Jana Křížova, coordinatrice des ministères des réfugiés pour la Conférence des Républiques tchèque et slovaque, a déclaré que le ministère des réfugiés s’est fait naturellement : « C’est dans l’ADN Méthodiste. Vous constatez les besoins et vous faites quelque chose pour y répondre. »

Natasha marche avec son fils, Artem, au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť, où ils sont hébergés. Ils ont fui leur maison près d’Odessa, en Ukraine, pour échapper à la guerre avec la Russie.  Photo de Mike DuBose, UM News.

Natasha marche avec son fils, Artem, au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť, où ils sont hébergés. Ils ont fui leur maison près d’Odessa, en Ukraine, pour échapper à la guerre avec la Russie.

Karel Nyerges, directeur de Diakonia de l’Église Méthodiste Unie en République tchèque, a déclaré que dès le début de la guerre, l’Église savait que des personnes viendraient et elle voulait utiliser les espaces qu’elle savait disponibles.

« C’était l’hiver et les activités du camp n’avaient pas encore commencé, alors nous les avons installés ici » a-t-il souligné. « Vu que la guerre continue, ce sera plus compliqué à long terme, car le camp n’est pas adéquat pour l’hiver. Nous sommes à la recherche des endroits possibles où ils pourraient être déménagés. »

Katie Hills Uzoka (à gauche) de United Methodist Committee on Relief rend visite à Vlada et son fils, Dima, au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť. La mère et l’enfant ont fui leur maison près de Mykolaiv, en Ukraine, après que son mari soit parti à la guerre dans le cadre du service militaire obligatoire en Ukraine. Uzoka est directrice de la réponse internationale aux catastrophes pour l’agence d’assistance humanitaire de la dénomination. Photo de Mike DuBose, UM News.

Katie Hills Uzoka (à gauche) de United Methodist Committee on Relief rend visite à Vlada et son fils, Dima, au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť. La mère et l’enfant ont fui leur maison près de Mykolaiv, en Ukraine, après que son mari soit parti à la guerre dans le cadre du service militaire obligatoire en Ukraine. Uzoka est directrice de la réponse internationale aux catastrophes pour l’agence d’assistance humanitaire de la dénomination.

Diakonia est une organisation à but non lucratif de l’Église qui fournit des services sociaux tels que des abris pour les sans-abris, des services de désintoxication et des programmes éducatifs pour les enfants. Nyerges a déclaré que c’était la première expérience de l’organisation avec les personnes évacuées. Ils essaient de trouver des moyens pour que les enfants puissent poursuivre leur éducation, et si possible trouver des opportunités de travail pour les mamans.

« Je ne sais pas ce qui se passerait si nous n’étions pas dans cet endroit, » a déclaré Olha, qui a fui la région d’Odessa début mars avec ses quatre enfants et a trouvé le camp après que le mari d’une amie l’ait recommandé. Elle a déclaré que les bombardements intenses lui faisaient craindre pour la sécurité de ses enfants.

« La chose la plus importante est que nos enfants soient en sécurité et avec nous. C’était pénible de laisser derrière nous tout ce que nous avions construit pendant toutes ces années. Nous avons abandonné des proches, des frères, des sœurs, des parents » a-t-elle déclaré.

Irina (à droite) et sa fille, Nadia, ont fui leur maison près d’Odessa, en Ukraine, pour échapper à la guerre avec la Russie. Elles séjournent au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť. Photo de Mike DuBose, UM News.

Irina (à droite) et sa fille, Nadia, ont fui leur maison près d’Odessa, en Ukraine, pour échapper à la guerre avec la Russie. Elles séjournent au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť.

Vlada a quitté sa maison, un petit village près de Mykolaiv, après que son mari soit parti à la guerre dans le cadre du service militaire obligatoire en Ukraine.

« Je ne voulais pas rester là-bas toute seule à cause de la guerre, » dit-elle. « Je vais bien ici. Des personnes font tout pour nous avec amour, et le gardien du camp est comme un père pour nous. »

Bohumil Opočenský, le gardien du camp, a déclaré que son espoir a été de donner un certain sens de « vie normale » aux mères et surtout à leurs enfants.

« Cela a été formidable de voir le changement, » a-t-il déclaré. « Quand ils sont arrivés, ils étaient effrayés, ils sont venus bredouilles. Petit à petit, ils ont commencé à rire, les enfants ont commencé à jouer. Cela a été gratifiant à observer. »

Des invités d’Ukraine se joignent à Eduard Holtman (à gauche) et au Révérend Zdeněk Neužil de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque pour prier avant le déjeuner au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka, près de Vimperk, en République tchèque, où ils séjournent. Photo de Mike DuBose, UM News.

Des invités d’Ukraine se joignent à Eduard Holtman (à gauche) et au Révérend Zdeněk Neužil de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque pour prier avant le déjeuner au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka, près de Vimperk, en République tchèque, où ils séjournent.

Natasha, qui a fui la région d’Odessa avec son fils à la fin du mois de mars, a déclaré que, bien qu’elle espère rentrer chez elle, elle se fait une place dans le camp. Elle montre un petit carré de fleurs qu’elle a planté : des muguets, qui sont souvent utilisés pour signifier le bonheur.

« La peur et l’anxiété sont les raisons pour lesquelles je suis partie avec mon enfant, et nous avons voyagé pendant trois jours pour arriver ici, » dit-elle. « Mes parents et mes amis sont restés là-bas, et c’est la famille qui me manque le plus ».

Le Révérend Zdeněk Neužil, de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque, rend visite à Anna et à sa fille Polina, réfugiées ukrainiennes, au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka. Neužil sert de gardien à la maison de retraite. Photo de Mike DuBose, UM News.

Le Révérend Zdeněk Neužil, de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque, rend visite à Anna et à sa fille Polina, réfugiées ukrainiennes, au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka. Neužil sert de gardien à la maison de retraite.

Le camp a été financé en partie grâce à une subvention de solidarité de 10 000 dollars de UMCOR, qui a permis de couvrir les besoins immédiats comme la nourriture, le charbon et le carburant.

UMCOR travaille actuellement avec 17 partenaires — des Méthodistes Unis de toute l’Europe de l’Est, des partenaires œcuméniques et des organisations non gouvernementales — pour apporter de l’aide au peuple ukrainien.

Le Révérend Jack Amick, directeur de la migration mondiale de UMCOR, a déclaré qu’immédiatement après l’invasion russe, l’agence s’est concentrée sur les besoins de base tels que la nourriture, les abris, le transport et les médicaments. Comme la crise en Ukraine se poursuit, il a déclaré que l’accent doit désormais être mis sur des projets de soutien à plus long terme, tels que des logements abordables et indépendants, le déminage et la thérapie.

« L’Église de la République tchèque fait un excellent travail en matière d’accueil et d’hospitalité envers les étrangers — qui est la principale chose que nous sommes censés faire en tant qu’Église, » a déclaré Amick.

Vidéo : Un camp Méthodiste Uni tchèque accueille des réfugiés ukrainiens

Le camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť aurait normalement dû accueillir des enfants cet été, mais au lieu de cela, il sert de deuxième foyer pour les mères ukrainiennes et leurs enfants. Il s’agit de l’une des cinq propriétés de l’Église Méthodiste Unie en République tchèque servant d’abri aux réfugiés ukrainiens. Vidéo de Francisco Litardo pour UM News.

La maison de retraite Méthodiste Uni de Veselka, près de Vimperk, est un autre refuge pour les réfugiés ukrainiens. La maison est souvent utilisée comme une résidence de vacances de week-end pour les membres de l’Église, mais elle abrite désormais un petit nombre de réfugiés.

Le Révérend Zdeněk Neužil, pasteur de l’Église Méthodiste Unie de Vimperk et gardien du centre de retraite, a déclaré qu’au cours des quelques mois où les Ukrainiens y ont séjourné, ils sont tous devenus une famille.

« Lorsque trois d’entre eux sont rentrés chez eux après avoir séjourné chez nous, ma fille a pleuré parce qu’elle avait perdu un ami, » a-t-il déclaré.

Comment aider

Pour faire un don, veuillez le verser au fonds International Disaster Response and Recovery de UMCOR, Advance #982450.

Anna a fui sa maison près de Kiev le 24 février, le premier jour de l’invasion.

« Nous nous sommes réveillés avec le bruit des hélicoptères qui volaient très bas, et nous avons fui pour sauver les enfants, » dit-elle.

Ils ont d’abord tenté de trouver un abri près de la ville, mais il n’y avait pas de place. Ils ont pris des voitures et ont quitté la ville. Elle raconte qu’ils sont passés devant des cadavres en chemin, et qu’un pont sortant de la ville a été bombardé juste après qu’ils l’aient traversé. La voiture qui l’a transportée à Veselka est trouée par des éclats d’obus.

« Nous ne savions pas où nous allions ; nous sommes simplement allés vers l’ouest, » dit-elle. « J’ai un parent qui est pasteur et je lui ai demandé de prier pour nous et de nous envoyer quelque part qui serait conforme à la volonté de Dieu. Avec l’aide de ses prières et l’aide de Dieu, nous sommes arrivés ici. »

Sergei (à gauche) et Anna, qui ont fui la guerre en Ukraine, montrent à Eduard Holtman des photos de la destruction causée par l’invasion russe après le déjeuner au centre de retraite de l’Église Méthodiste Unie de Veselka où Sergei et Anna sont hébergés. Holtman est un prédicateur laïc de l’Église Méthodiste Unie Agapé de Prague et il apporte régulièrement de l’assistance humanitaire à la frontière ukrainienne. Photo de Mike DuBose, UM News.

Sergei (à gauche) et Anna, qui ont fui la guerre en Ukraine, montrent à Eduard Holtman des photos de la destruction causée par l’invasion russe après le déjeuner au centre de retraite de l’Église Méthodiste Unie de Veselka où Sergei et Anna sont hébergés. Holtman est un prédicateur laïc de l’Église Méthodiste Unie Agapé de Prague et il apporte régulièrement de l’assistance humanitaire à la frontière ukrainienne.

Sergei, un autre pensionnaire, a déclaré qu’il n’avait prévu de rester que quelques jours jusqu’à ce qu’il apprenne « quel ami merveilleux » est Neužil. Propriétaire d’un atelier de mécanique dans son pays, Sergei fait maintenant le même travail ici.

Veuf et père d’un petit enfant, Sergei est exempté du service militaire obligatoire. Il se considère également comme un objecteur de conscience.

« Je n’aime pas les armes. Je ne prendrais pas une arme dans mes mains, même contre les Russes, » dit-il.

Les réfugiés ukrainiens Jeva (à droite) et Polina profitent d’une randonnée au sommet de la colline Mářský à Svatá Maří, en République tchèque. Le Révérend Zdeněk Neužil, de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque, y a amené un groupe de personnes pour profiter de la vue après le déjeuner au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka, qui héberge des familles d’Ukraine ayant fui la guerre avec la Russie. Photo de Mike DuBose, UM News.

Les réfugiés ukrainiens Jeva (à droite) et Polina profitent d’une randonnée au sommet de la colline Mářský à Svatá Maří, en République tchèque. Le Révérend Zdeněk Neužil, de l’Église Méthodiste Unie de la République tchèque, y a amené un groupe de personnes pour profiter de la vue après le déjeuner au centre de retraite Méthodiste Uni de Veselka, qui héberge des familles d’Ukraine ayant fui la guerre avec la Russie.

Les enfants d’Anna peuvent suivre les cours en ligne et elle espère trouver un emploi. Malgré tout ce qu’ils ont traversé, elle dit avoir recommencé à rire.

Neužil et Nyerges sont tous deux préoccupés par les besoins permanents des réfugiés en matière de santé mentale et souhaitent que des psychologues et des conseillers soient disponibles.

« Si la guerre se poursuit, les migrants auront besoin de psychologues, et je crains que cela ne supprime leur douleur », a déclaré Nyerges.

Vlada et son fils, Dima, ont fui leur maison près de Mykolaiv, en Ukraine, après que son mari soit parti à la guerre dans le cadre du service militaire obligatoire en Ukraine. Ils séjournent au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť, près de Bechyně, en République tchèque. Photo de Mike DuBose, UM News.

Vlada et son fils, Dima, ont fui leur maison près de Mykolaiv, en Ukraine, après que son mari soit parti à la guerre dans le cadre du service militaire obligatoire en Ukraine. Ils séjournent au camp de l’Église Méthodiste Unie de Poušť, près de Bechyně, en République tchèque.

Křížova a déclaré que depuis le départ de United Methodist News, un certain nombre de réfugiés ont pu rentrer chez eux ; d’autres ont déménagé dans des régions où ils ont de meilleures chances de trouver du travail et de devenir indépendants. Sur les 98 réfugiés initialement présents dans les cinq abris, 38 sont restés.

« Nous sommes toujours prêts à accueillir des réfugiés ukrainiens, », a-t-elle déclaré.

Urs Schweizer, assistant de l’Évêque Patrick Streiff de la Conférence centrale d’Europe centrale et méridionale, a récemment partagé une citation d’Olga, une Ukrainienne qui vit désormais en République tchèque, décrivant son expérience : « La République tchèque laissera toujours une marque dans nos cœurs et dans le cœur de chaque Ukrainien, parce qu’elle nous a gentiment abrités, elle nous a permis de ne pas entendre les sirènes et elle nous a permis de vivre en paix pendant le printemps et l’été de cette année difficile pour toute l’Ukraine ».

Butler est producteur/rédacteur multimédia et DuBose est photographe pour United Methodist News. 

Contact Médias : newsdesk@umcom.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *