L’Église réalise des forages de puits pour lutter contre les maladies hydriques au Congo

En République Démocratique du Congo l’Église Méthodiste Unie se lance dans la lutte contre les maladies hydriques, notamment la fièvre typhoïde qui sévit dans la province du Sankuru.

En décembre 2022, c’est avec des cris de joie des habitants que l’Évêque Méthodiste Uni, Daniel Lunge a procédé à l’inauguration des cinq puits de forage d’eau dans la ville de Lodja et Diengenga dans la province du Sankuru en République Démocratique du Congo.

Lodja forme deux Districts Ecclésiastiques Méthodiste Unis se trouvant dans la Conférence Annuelle du Congo Central.

Au total dix-huit forages de puits ont été réalisés dans le cadre d’un projet de lutte contre les maladies hydriques dans le partenariat entre la Région Épiscopale du Congo Central et la Conférence de Peninsula-Delaware aux États-Unis dont les représentants au Congo sont les missionnaires Révérend Jonathan Baker et son épouse Maman Donna.

« La Mission Méthodiste Unie de Wembo-Nyama a huit forages, trois forages à Tshumbe, Djalo et Okitodimba ont chacun un forage ainsi que cinq forages à Lodja dont deux à Diengenga dans le District de Lodja Nord et 3 dans le District de Lodja Sud, faisant au total dix-huit forages » a fait savoir le Docteur Adolphe Yambayamba Lokavu, Coordonnateur des œuvres missionnaires pour la Région Épiscopale du Congo Central.

« Toutes ces zones sont dépourvues d’eau courante. Pas de robinet. La Régie des Eaux ne dessert pas ces zones, » a-t-il indiqué.  Il ajoute, « Ce projet a été lancé en février 2018. Chaque forage a coûté plus de 15 000 USD. Environ 500 000 personnes ont accès à l’eau potable grâce à ces forages. »

Les forages de la Mission Méthodiste Unie de Wembonyama ont été réalisés en août 2019.

Vue d’une citerne de stockage de l’eau pompée dans un forage réalisé par l’Église Méthodiste Unie à Lodja dans la Conférence Annuelle du Congo Central. Plus de 500 000 personnes vivant dans cette région ont désormais accès à l’eau potable grâce à ces forages des puits. Photo par François Omanyondo, UM News.

Vue d’une citerne de stockage de l’eau pompée dans un forage réalisé par l’Église Méthodiste Unie à Lodja dans la Conférence Annuelle du Congo Central. Plus de 500 000 personnes vivant dans cette région ont désormais accès à l’eau potable grâce à ces forages des puits. Photo par François Omanyondo, UM News.

Les populations de ces localités ont longtemps souffert du cholera, de la diarrhée et de bien d’autres maladies d’origine hydrique. Selon de Docteur Adolphe Yambayamba Lokavu, « Toutes ces maladies étaient dues à la mauvaise qualité de l’eau qu’elle consommait. »

Selon la Division Provinciale de la Santé du Sankuru – un service technique du ministère de la Santé de la RDC – les populations de plusieurs entités sont en proie à des maladies hydriques à cause de la mauvaise qualité de l’eau qu’elles consomment.

Le docteur Aimé Alengo Odudu, Médecin Chef de Division Provinciale de la Santé du Sankuru a indiqué que les populations de six zones de santé sur les seize que compte son entité de gestion sont en proie à plusieurs maladies d’origine hydrique à la suite de la consommation d’une eau impropre.

« Ces Zones de Santé qui constituent l’épicentre où la fièvre typhoïde sévie sérieusement, » dit-il. Parmi ces zones de santé, fait savoir Docteur Aimé Alengo Odudu, il y a Lodja, Kole, Minga, Wembo-Nyama, Dikungu et Tshudi Loto. « Depuis des décennies, cette fièvre typhoïde qui est une infection potentiellement mortelle est malheureusement courante dans ces endroits où les conditions de salubrité et hygiène sont déficientes. »

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la fièvre typhoïde est une infection potentiellement mortelle due à la bactérie Salmonella typhi. Elle se propage en général par l’eau ou les aliments contaminés. Une fois la bactérie ingérée, elle se multiplie et passe dans la circulation sanguine.

L’OMS estime que, chaque année, de onze à vingt millions de personnes contractent cette maladie et que de 128 000 à 161 000 en meurent.

Docteur Adolphe Yambayamba dit avoir vécu la situation lors des visites missionnaires avec le Couple Révérend Jonathan Baker et Maman Donna. « Parfois nous nous trouvions dans l’obligation d’apporter notre expertise avec d’autres collègues médecins pour des interventions chirurgicale en faveur des malades et la prise en charge par nos missionnaires de plusieurs cas qui venaient de différents  villages  environnant Wembo-Nyama dans le Territoire de Katako-Kombe, Tshumbe dans le Territoire de Lubefu et Territoire de Lodja, » dit-il.

Yambayamba parle a indiqué que certaines de ces interventions chirurgicales étaient compliquées avec des perforations intestinales pour certaines personnes malades.

« C’est qui a motivé nos partenaires des Etats-Unis et nous même sous le leadership de l’Évêque Daniel Lunge à mettre en place ce projet enfin d’apporter une solution à diverses maladies, à la suite de la consommation d’une eau impropre, qui ont endeuillé plusieurs familles dans la province du Sankuru, » a-t-il dit.

André Kasongo, 55 ans, mécanicien de son état, avait perdu sa fille de treize ans décédée à la suite de la fièvre typhoïde. « L’enfant était malade à la maison et lorsque nous sommes allés à l’hôpital, il s’est avéré que la maladie avait déjà atteint le stade de la perforation intestinale et elle était décédée, » se regrette-t-il en pleurant.

« Je dois ici dire merci à toute l’Église Méthodiste Unie d’avoir pensé à cette pauvre population que nous sommes en construisant ces forages d’eaux potables pour nous » fait savoir André Kasongo. « C’est une solution appropriée contre ce fléau de la fièvre typhoïde qui tue à petit feu la population de Lodja. Nous espérons que ce projet ne va pas se limiter ici à Lodja seulement mais ça va s’étendre dans d’autres Territoires du Sankuru ou cette maladie sévie encore plus, » ajoute-t-il.

Les forages réalisés à proximité des habitations constituent aussi un ouf de soulagement pour les femmes qui étaient obligées de parcourir plusieurs kilomètres pour avoir accès à l’eau des sources.

Maguy Diomba, 35 ans, une habitante de Lodja a indiqué qu’elle parcourait jusqu’à sept kilomètres chaque jour pour accès à une eau de source parfois impropre à la consommation. « Pour le moment nous n’avons plus à nous casser la tête pour avoir de l’eau propre raison laquelle nous exprimons notre reconnaissance à l’Église Méthodiste Unie, son leader Bishop Lunge et les partenaires pour leur sens de l’humanisme, » a exprimé Maguy Diomba. Elle ajoute, « Prêcher l’évangile ce bon mais prendre soins de ses brebis lors qu’il y a un danger qui les guette voilà le rôle d’un bon berger. »

Le jour de l’inauguration des forages, l’Évêque Méthodiste Uni de la Région Épiscopale du Congo Central Daniel Lunge a remercié le couple missionnaire Révérend Jonathan Baker et Maman Donna pour le travail abattu dans la mobilisation des fonds ainsi que tous les donateurs qui ont rendu possible ce projet en mettant leurs moyens financiers enfin de sauver des vies.

« Consommez désormais cette eau pour vous protéger contre les maladies telle que la fièvre typhoïde, » a dit l’Évêque Méthodiste Uni à la population venue assister à l’inauguration.

« Prenez aussi soins de ces forages qui coûte énormément cher car, un forage coûte dans les 15 000 USD. Il faut protéger jalousement ces ouvrages, » dit-il. « Ceux qui ont mis leurs moyens financiers pour rendre possible ce projet d’eau dans le District de Lodja Sud n’ont fait que traduire leur amour envers vous en acte, mais ce n’est pas parce qu’ils ont beaucoup des moyens financiers, mais c’est plutôt la volonté et l’amour, » a-t-il ajouté.

Angel Okako, 40 ans, chrétienne non méthodiste unie a indiqué qu’il était indispensable de bien conserver les forages réalisés par l’Église Méthodiste Unie. Okako dit remercier l’église pour la prise en compte de la santé des fidèles dans l’évangélisation.

« Je suis reconnaissante à l’Église Méthodiste Unie pour leur méthode d’évangélisation’, » témoigne Okako. « C’est un exemple à suivre et un modèle pour les autres communautés confessionnelle. »

L’Évêque Méthodiste Uni Daniel Lunge a conclu, « L’évangélisation que nous prêchions en tant que pasteurs marche de pair avec le bien-être physique, morale et spirituel des populations que nous évangélisons. L’église apporte sa contribution tant soit peu dans la lutte contre les maladies d’origine hydrique dont nos populations et nos fidèles sont victimes en y apportant de l’eau potable car, l’eau c’est la vie dit-on. »

François Omanyondo est le Communicateur de la Conférence Annuelle du Congo Central.

https://www.umnews.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *